Nord-IT Days 2010, les conférences

jeudi 25 mars 2010
par  Olivier Duquesne (DaffyDuke)
popularité : 1%

L’association CLX a participé aux Nord IT Days, à Euratechnologie, ce 18 mars 2010. Nous avons même pu animer l’une d’entre elles, à l’invitation de l’association Pôlenord.

Quelle infrastructure en opensource pour votre entreprise ?

Cette conférence est animée par Dominique Vandenbroucke, Société Capensis, une SSLL crée en 2002, composée de 20 salariés sur 3 sites (Wasquehal, Paris et Nantes). C’est aussi un centre de formation agréé.

L’annuaire d’entreprise est un élément très important pour les sociétés. Il peut s’appuyer sur LDAP ou Active Directory (qui est compatible LDAP). Pour la messagerie, l’ensemble connu Postfix/Cyrus/Sieve constitue une solution efficace. L’atout de l’offre de Capensis réside dans un outil fédérateur : Mailscanner. Il s’agit d’un pool de traitement de mails antiviral/antispam. L’outil FuzzyOCR fait également partie de ce pack. A noter également la mise en place du greylisting qui a permis d’éliminer 80 % des pourriels de leurs clients.

Pour accéder aux mails, les solutions étudiées par Capensis sont Zarafa, OBM ou Zimbra. C’est vers ce dernier que le choix se porte grâce aux outils de conversion Outlook/Notes vers Zimbra ou Zimbra Mobile. A noter que ces deux options sont payantes.

Pour la répartition de charge des serveurs, on peut utiliser LVS/Keepalived ou Heartbeat suivant les besoins.

Dans le système d’informations, le partage de fichiers ou d’imprimantes est permis grâce à Samba. Pour la gestion de parc, la télédistribution et la base de connaissance, on peut utiliser le couple OCS/GLPI.

Le filtrage des accès internet est permis grâce au proxy Squid. Des politiques de filtrage (horaires ou contenu) sont possibles avec SquidGuard.

La surveillance des outils informatiques est évidemment réalisé par Nagios. Ce dernier est couplé avec Centreon.

Les sauvegardes sont réalisées avec Bacula. Il fonctionne en mode client/serveur et permet de définir des politiques de rétention, d’accès à un catalogue de cassettes à consulter etc. Nouveauté, il existe depuis peu une interface graphique (BAT : Bacula Admin Tool) pour la configuration et l’administration, autre que Webacula, l’interface Web.

Architecture Orientée Services

Cette conférence est animée par François Elie (Adullact) et Philippe Allart (Adullact/AFUL/CLX). Un rappel sur le logiciel libre est effectué en passant par la FSF ou « La Cathédrale et le Bazar ». On peut dire alors que le logiciel libre de 2000 à 2005 est plutôt réservé aux services de R&D. Petit à petit, l’adaptation au marché, la mutualisation par l’offre etc. ont mené à l’écriture de nombreux logiciels pour tous et notamment les collectivités locales. L’Adullact a été créée pour animer et regrouper les développements métier. Par exemple, un travail en cours concerne les Archives de France. On comptabilise environ 450 projets sur la Forge, mais nombre d’entre eux sont abandonnés car trop spécifiques, trop orientés métier et donc pas assez mutualisables.

A côté de cela, la structure en silos montre que nombre des outils reprennent des fonctionnalités existant ailleurs et qu’il devient alors complexe d’en choisir un et un seul sans redondance de code/fonctionnalités/authentification/autre. Quand on compare au modèle GNU/Linux, on voit qu’il suit la norme Posix ou chacun a participé à hauteur d’une petite brique au projet. Cela a permis un gain en investissement, résolution de bugs, portage, etc. Pour des projets de ce type, l’organisation humaine doit aussi être respectée, notamment la reconnaissance des développeurs. en effet, ils ne sont pas forcément visibles par les autres membres du projet auquel ils ont participé. En évoluant dans une architecture orientée services, chacun trouve satisfaction puisque cette fois, on imagine juste que chaque appel à une fonctionnalité appelle un service et non une application dédiée. Cela est motivant et innovant.

Comment profiter des solutions open source pour réussir vos projets de téléphonie sur IP

Cette fois c’est Acipia qui s’y colle en qualité d’intégrateur de solutions opensource, et Hospimedia, une agence de presse dédiée au monde de la santé. L’application présentée est Asterisk. Ce logiciel a été choisi grace à sa forte communauté d’utilisateurs et surtout le support de partenaires industriels comme Digium. On peut procéder aux inscriptions SIP, définir le plan d’appels, définir les politiques de routage. Une fonctionnalité intéressante concerne la messagerie unifiée (accès à sa ligne depuis n’importe où, transfert d’appel, enregistrement de la messagerie en Mp3 envoyé par mail...), la supervision d’appel (gestion de présence) que ce soit sur un téléphone, un site intranet ou la messagerie instantanée. Un des principaux avantages de cette solution est la son en qualité HiFi. Pour les centrales d’appel, on peut coupler Asterisk à différents CRM (Outil de gestion de la relation clients) pour la remontée de fiche, la présentation du nom... On peut coupler Asterisk à [Hylafax-http://www.hylafax.org>] pour la gestion des fax à travers la ligne IP, ce qui permet d’économiser là aussi une ligne T0 ou T2. Mieux, on intègre alors un OCR pour la reconnaissance vocale !

Parmi les logiciels open source, l’utilisateur privilégiera ekiga (son, vidéo, gestion de présence, en mode hébergé). Il fonctionne bien même en VPN sur un réseau 3G. Avec ce genre de service on rapatrie sa ligne téléphonique comme on rappatrie ses mails.

La force d’Asterisk est le CTI (Couplage Téléphone Informatique) vers la messagerie instantanée, les SVI (Services Vocaux Interactifs) ou les ACD (Automatic Call Distribution).

Le langage de script d’Asterisk est facile à appréhender et à adapter selon ses besoins.

Chez Hospimedia, Asterisk est surtout utilisé pour les appels sortants. Il est effectivement couplé à un CRM pour la fonction "click-to-call".

Le monde du libre et le poste client

Cette conférence est animée par Ronan Denoual. (Hospimedia) et Olivier Duquesne (CLX). Nous apprenons alors que chez Hospimedia, la vingtaine de salariés utilise la distribution Ubuntu. Cette dernière est laissée à la libre administration de ses salariés, et que pour autant, l’administrateur ne passe qu’une demi-heure par semaine de support, et plus souvent pour des problèmes de câble mal branché !

La migration vers OpenOffice.org n’a pas posé particulièrement de problèmes car les utilisateurs n’avaient pas la culture du langage de macros VisualBasic. Aucune macro exigeante n’avait été développée. Le passage complet sous Ubuntu ne s’est pas fait d’un coup à cause d’une application WYSIWYG qui ne fonctionnait que sous Microsoft Internet Explorer. Une fois cette contrainte levée, tous les employés ont basculé sur un environnement entièrement libre. Les principales contraintes furent finalement matérielles.

L’intérêt du passage au logiciel libre répond essentiellement à des contraintes de coût et notamment de licences. CLX note la possibilité d’amortir ce gain d’argent par un temps de formation afin de d’améliorer la productivité des salariés. Ce ne fut toutefois pas le cas chez Hospimedia vu le caractère curieux et bidouilleurs des utilisateurs.

Nous citons quelques solutions : Firefox, Clamav, Filezilla, Putty, CVS, SVN, Samba.

Il est intéressant de noter qu’aucune entreprise n’a spontanément proposé de présenter ce sujet. Pensent-elles qu’il est désormais acquis que le logiciel libre sur le poste de travail est une réalité, que ce sujet n’est pas assez rentable ?

Nord IT Days

Enrichir son site e-commerce de fonctionnalités communautaires OpenSource ou service dédié ... Quelle solution choisir pour votre gestion de contenu de site Web ?

Ce sujet est animé par Medialibs, un service de R&D et éditeur de webo-factory, 37e Parallele, une webagency de Rouen, Un Site Action, une webagency.

Les deux webagency sont utilisatrices d’outils tels Wordpress, Joomla, Drupal, Magento, Prestashop. Ils sont contraints de les mettre régulièrement à jour à cause de failles de sécurités trop fréquentes à leur goût. Pour eux, la portabilité et la mutualisation est rarement possible car un plugin édité pour un client sera trop spécifique et non réutilisable. Par ailleurs, il est très difficile de retrouver le plugin utile dans les milliers de plugins disponibles pour chacun. Le travail de veille est donc considérable et couteux selon leur vision (exemple : il existe 20 plugins de newsletter pour Joomla). Et par ailleurs, comment interfacer cela avec les outils à la mode de "social shopping" ? Pour elles, la contrainte repose surtout sur le fait qu’un outil opensource de CMS intègre mal les fonctionnalités de e-commerce et inversement.

Elles préfèrent alors utiliser un outil dédié, propriétaire et modulaire. Le cadre de recherche n’est alors plus fixé par le logiciel, mais par le projet. Il permet le "community management", la maitrise de l’image numérique des marques. Les sociétés se sont intéressées à ce sujet car une étude a montré qu’une marque contrôlait seulement 30% de son contenu. Il est effectivement difficile de répondre sur chaque forum, chaque blog où la marque est citée. Et le travail des webagency est alors d’animer des groupes Facebook, des comptes Twitter, des blogs pour alimenter le "pagerank" et le "scoring" de "social shopping" de Google, allant même parfois jusqu’à commettre volontaires des fautes orthographe afin de faire plus vrai et provoquer des réponses d’utilisateurs !

Poste de travail, datacenter ... quelles solutions, quelles étapes pour consolider votre informatique et réussir votre virtualisation.

Cette présentation est animée entres autres par Orange Business Services, SPIE... Les mérites de virtualisation sont vantés autour de deux solutions propriétaires : VMWare et HyperV.

La virtualisation permet un retour sur investissement plus rapide, plus important. Elle permet la mutualisation des ressources matérielles, avec une administration plus aisée, grâce à une interface de "provisionning" simple et flexible. La virtualisation c’est l’agilité et la souplesse.

Elle permet la Green-IT grâce à des économies d’énergie (attention à bien prendre en compte le fait qu’une baie de disques consomme énormément d’électricité), des économie d’emplacement en salle blanche et le respect de procédures plus normalisées.

Pour une PME, elle présente tout de même des risques. C’est une nouvelle brique technique qu’il faut appréhender avec réflexion. Elle double une architecture existante. Il est délicat d’estimer la volumétrie initiale pour un usage différent de l’outil informatique. Il faut aussi faire attention à ne pas tout virtualiser. Il est difficile voire impossible de virtualiser une solution de VOIP qui demande des accès matériels temps-réel.

Il est donc nécessaire de procéder à une étude de métrologie préliminaire à toute virtualisation de type migration.

La conclusion de cette conférence montre que la virtualisation est indispensable pour un PRA (Plan de Reprise d’Activité).

Conclusion

Nous étions quelques uns de CLX, quelques un d’Atos Worldline, l’occasion pour CLX de resserrer des liens avec PoleNord.

Le salon est assez intéressant, dans un cadre industriel requalifié de façon admirable. C’est l’occasion d’en apprendre beaucoup sur le savoir faire régional en matière de technologies.

Et nous avons terminé autour d’une bière dans les bureaux de Kyyple, un copain, reycleur de béton.


Commentaires

Annonces

Annuaire LibreNord

Retrouvez l’annuaire de logiciels libres créé par l’association Club Linux Nord-Pas de Calais sur le site suivant http://www.librenord.org


Sur le Web

18 avril - L'April demande la publication du SILL 2019 et la feuille de route de la DINSIC

17 avril - Émission « Libre à vous ! » sur radio Cause Commune (23 avril 2019)

17 avril - Apéro April le 17 mai 2019 à Marseille

16 avril - « Libre à vous ! » diffusée mardi 16 avril 2019 sur radio Cause Commune - CHATONS - Transcriptions - Chronique juridique

15 avril - Décryptualité du 15 avril 2019 - Assange aux mains de la justice britanique

15 avril - Le Conseil de l'Union Européenne valide le filtrage automatisé des contenus mis en ligne

15 avril - Revue de presse de l'April pour la semaine 15 de l'année 2019

15 avril - Libre à vous ! Radio Cause Commune - Transcription de l'émission du 9 avril 2019

13 avril - Comment se fabriquent les fake news - Antonio Casilli - L'instant M

12 avril - Directive droit d’auteurs - Martin Drago sur Alterpresse68

12 avril - Directive droit d’auteur - Martin Drago sur Alterpresse68

12 avril - Chaîne YouTube e-penser face au rouleau compresseur des ayants droit - Décryptualité du 8 avril 2019

11 avril - Émission « Libre à vous ! » sur radio Cause Commune (16 avril 2019) - CHATONS - Transcriptions - Chronique juridique

10 avril - Libre en Fête : record d'événements proposés

10 avril - Appel de Serge Tisseron sur l’utilisation raisonnée des technologies numériques

10 avril - Nouvelle version de firefox plus anonyme

9 avril - Émission « Libre à vous ! » diffusée mardi 9 avril 2019 sur radio Cause Commune - Wikipédia – chronique « Partager est bon » sur écoles et logiciels libres - directive droit d'auteur

9 avril - Libre à vous ! Radio Cause Commune - Transcription de l'émission du 2 avril 2019

9 avril - Décryptualité du 8 avril 2019 - La chaîne youtube E-penser face au rouleau compresseur des ayants droit

8 avril - Revue de presse de l'April pour la semaine 14 de l'année 2019